Présentation de l’éditeur :

 « Ove et le chat se sont rencontrés un matin à six heures moins cinq. Le chat a détesté Ove sur-le-champ. Le sentiment était plus que réciproque. »

 Dans le lotissement où il vit depuis quarante ans, Ove est connu pour être un râleur de la pire espèce. Et maintenant qu’il ne travaille plus, il se sent seul et inutile. Il erre dans sa maison, fait des rondes pour relever les infractions des habitants du quartier.

Jusqu’au jour où, las de cette routine, il décide d’en finir. Corde au cou, debout dans le salon, il est prêt à passer à l’acte… Mais l’arrivée de nouveaux voisins et d’un chat abandonné va contrecarrer ses plans. Interrompant sans le savoir ses différentes tentatives de suicide, ceux-ci vont peu à peu pousser Ove dans ses derniers retranchements et le ramener à la vie !    

Tel un chat de gouttière amoché et craintif, à la fois drôle et touchant, Ove réveille l’instinct protecteur qui sommeille en chacun de nous. Mais attention, il griffe !

 Traduit du suédois par Laurence Mennerich.

« Vieux, râleur et suicidaire – La vie selon Ove » est également disponible en version numérique. 

Mon avis :

Ove n’en peut plus. Depuis que ses supérieurs lui ont suggéré de « prendre un peu de repos », il se sent inutile et plus seul que jamais. Au point de vouloir abréger une vie qui n’a visiblement plus rien à lui offrir. Erreur… L’existence n’en a pas fini avec lui et le destin, éternel farceur, réserve encore quelques surprises à ce vieil ours grincheux et taciturne…  

Avec « Vieux, râleur et suicidaire – La vie selon Ove », Fredrik Backman dresse le portrait d’un homme qu’il serait injuste de réduire à de tels qualificatifs. Certes, Ove n’est pas bavard, un peu rude dans ses manières et il est vrai qu’il consacre beaucoup d’énergie à rouspéter « pour le principe » (disons plutôt pour « ses » principes, qui sont quelquefois discutables). Non, il n’aime pas la compagnie, encore moins celle de ses voisins. Et pourtant...

En revenant régulièrement sur son passé, les chapitres permettent au lecteur de lier connaissance avec Ove, de revivre certains évènements qui ont jalonné son parcours. Des faits ou anecdotes qui en disent long sur l’homme qu’il a été et celui qu’il est devenu. Oui, derrière le masque se cache un être surprenant, pétri de qualités, avec ses drames et ses blessures. Autant de coups du sort qui le poussent aujourd’hui à vouloir en finir…

Pour y parvenir, notre retraité semblait avoir tout prévu… Tout, sauf l’arrivée d’une famille un peu envahissante. Entre l’adoption (forcée) d’un chat, de petits services à rendre, quelques urgences et, bien sûr, d’éternelles querelles, c’est toute sa routine qui va s’en trouver chamboulée. Des épisodes qui, en plus de contrarier notre homme, pourraient bien redonner des couleurs à son quotidien. Le pousser à s’ouvrir aux autres et, par la même occasion, lui permettre de montrer sa véritable nature.

Autant vous le dire, en découvrant ce livre, j’ai craint d’avoir affaire à une comédie un peu folle. En réalité, « Vieux, râleur et suicidaire – La vie selon Ove » est bien plus que cela. Au delà de l’humour, Fredrik Backman a su créer un univers et des personnages réellement attachants. Un roman plein de fantaisie, mais dérivant toujours vers l’émotion et la tendresse. Preuve qu’en matière de lecture, comme ailleurs, il faut se méfier des apparences…       

 

Lien vers le site de l'éditeur

 

 

IMG_0592